Lettre à la prison

Sortie nationale le 2 décembre 2009


  • Un film poème, profondément méditerranéen.
    • La Provence
  • Quarante ans après, Lettre à la prison est un film d’une étonnante modernité.
    • Télérama
  • Un film de passion brûlante, pour son sujet, l’immigration, et pour le cinéma.
    • L’Humanité
  • FIDMarseille
    • Prix GNCR mention spéciale

1969 70 mn France
Visa d'exploitation n° 122.863


Lettre à la prison

Un film de Marc Scialom

  • Documentaire
  • Docu-fiction
  • Afrique
  • Histoire
  • Immigration
  • Marseille
  • Politique
  • Prison

En 1970, un jeune Tunisien débarque pour la première fois de sa vie en France, où il est chargé par sa famille de porter secours à son frère aîné, accusé à tort d’un meurtre et emprisonné à Paris. Il fait d’abord halte à Marseille. Là, il rencontre des Tunisiens étrangement différents de ceux qu’il croisait en Tunisie, des Français qui lui paraissent énigmatiques et une ambiance générale assez inquiétante à ses yeux pour le faire douter peu à peu de ce dont il était sûr, c’est-à-dire de l’innocence de son frère, de sa propre innocence, de sa propre intégrité mentale. 
Réalisé en 1969-1970, abandonné, oublié, puis retrouvé 40 ans plus tard, ce film est un témoin inégalé de l’histoire de l’immigration en France : un film de fiction ayant valeur de documentaire, réalisé par un émigré (exilé) entre Tunisie et France.

Le film Lettre à la prison a été réalisé en 1969-1970, entre Tunis et Marseille. A l’époque, sans aucun soutien financier, le réalisateur franco-tunisien, Marc Scialom, a du s’arrêter avant le tirage d’une copie.
Le film a été retrouvé par Chloé Scialom, fille de Marc Scialom et réalisatrice elle-même. Il a été restauré à Immagine ritrovata, le laboratoire de restauration de la Cineteca de Bologne.

Télécharger le(s) kit(s) presse